Moisson du Cœur ~ Celui qui Donne est Celui qui Reçoit…

Aujourd’hui, Âme Lumineuse, j’ai besoin de toi. De ton soutien, de ton aide, de la Puissante Générosité de ton Cœur. Pour aider le mien à FAIRE UN DON. D’Amour.

 

Merci à Toi d’AIMER la Page Facebook : Moisson du Cœur : Un Toit pour Viorica _/\_
Et de la faire Généreusement Réseau’ner autour de Toi…

Une Moisson du Cœur pour collecter 12 000€ en Soutien à un Ange. Qui a croisé mon Chem’Un il y a un peu plus d’une année. Un Regard si doux et transparent que j’y ai aperçu son Cœur, d’une Pureté Un’croyable… Un Ange qui s’appelle Viorica.

Un Ange sur mon Chem'Un...

Un Ange sur mon Chem’Un…

Notre Rencontre…

Viorica, je l’ai Rencontrée un matin dans le métro. C’était l’hiver, il faisait froid. Elle faisait la manche dans un couloir, assise au sol, profondément silencieuse, humble et digne à la fois, son petit bout de trois mois alors, Rahila, endormi dans ses bras. Pas un mot, pas une demande, pas un apitoiement. Elle était Là. Juste Là. Présente. Un’tensément.

J’ai senti en passant devant elle une forte attraction, j’étais un peu « pressée », j’ai pensé un peu plus loin « je reviendrais, à un autre moment, demain, parler avec elle, à la même heure probablement que je la retrouverais, là franchement je n’ai pas le temps » et puis…. je me suis arrêtée, mon Cœur m’a arrêté et m’a dit « non ma Belle, pas plus tard, pas une autre fois, pas demain, tout ce que tu as « à faire » peut attendre, on a le temps qu’on prend… elle, elle est Ici, et ce que tu Sens, c’est Maintenant. »

J’ai fait demi-tour. Et suis allée m’assoir par terre, avec Elle. Un loOong moment…

Elle m’a parlé d’elle, moitié dans un français qui peine mais fait de son mieux, moitié dans la souffrance mêlée d’espoir au fond de ses yeux, et très vite nous étions dans les bras l’une de l’autre, enlacées, des larmes plein les yeux, une Reconnaissance profonde. Sœurs. De Cœur.

Sa petite fille de 5 ans, Martha, qui tourbillonnait autour de nous, fut prise d’une envie pressante et Viorica m’a demandé si je pouvais garder Rahila pour elle, pendant qu’elle trouvait un endroit à Martha pour se soulager. Cette femme au Cœur Pur, qui ne me connaissait pas vingt minutes plus tôt, laissait ainsi son bébé à ma surveillance, comme ça. Naturellement. En toute Simplicité. En toute Confiance. Mon Cœur était bouleversé, j’ai revu l’Afrique, le Sénégal, cette Confiance Naturelle entre F’Âmes, Évidente, qui fait tellement de bien, ce que nous sommes vraiment. Les Cœurs qui se savent en Silence…

... ça c'est Martha <3

… ça c’est Martha ❤

J’avais envie de pleurer. Comme elle allait le reposer dans sa poussette, je lui ai demandé si elle voulait bien plutôt que je le prenne dans mes bras. Et là, c’est elle qui a pleuré. Émue aux larmes que je veuille prendre soin de son enfant, que je souhaite le câliner durant son absence, plutôt que de le veiller de loin dans sa poussette. Elle m’a remerciée en m’embrassant et me serrant longuement dans ses bras.

Et Rahila, un an après !

Et Rahila, un an après !

Elle m’a bouleversée. Littéralement. Rencontrer un Ange, ça remue profond. C’est Un’si que nos Vies se sont connectées l’une à l’autre, Un’timement liées, Âm’oureusement et pour de Bon entrelacées.

Viorica & les Siens

Viorica, elle déborde d’une humilité et d’une Foi qui fait chavirer le Cœur. Elle prie, beaucoup, tout ce qui arrive, de bon, de dur, « sé li Diou ». Et elle sourit. Malgré tout.

Elle a Confiance… Comme pour confier son enfant à une Un’connue, en la Vie, en l’Amour, en Dieu, elle se confie. Elle reconnait les gens qui ont bon Cœur, elle me parle de tous ceux qui l’ont aidée déjà, elle remercie pour ça, parfois même elle en pleure.

Elle fait des beignets quand j’arrive, prépare des soupes, des pommes de terre sautées à tomber par terre, du thé, veille toujours à ce que je mange, bien, beaucoup, comme elle s’inquiète de pouvoir nourrir ses « bébés », et ça lui fait mal quand elle ne peut pas, alors qu’elle même ne mange souvent pas même deux repas par jour.

Hospitalité... <3

Hospitalité du Cœur…

Viorica, elle écoute des chants religieux de toute beauté, elle prie, elle ne se décourage pas, ne se plaint presque jamais, elle souffre de tout ce qu’on dit des siens, de la façon dont on traite les étrangers ici, de ne pas trouver de travail, de ne pas pouvoir bien nourrir ses enfants. Elle les Aime, ses enfants, d’une patience sans fin, elle les enveloppe d’une douceur sans fond, elle joue, elle berce, elle console, elle amuse, elle tolère, elle rassure.

J’admire tout l’Amour qui émane d’elle, sa Compassion, son infinie Patience, l’absence totale de colère en elle. C’est bouleversant. Malgré tout ce qu’elle vit. Moi qui ressens encore si souvent un profond mécontentement, de l’agacement à propos de choses au fond tellement futiles, quand j’ai mille raisons de me réjouir et de rendre Grâce :s

Elle m’Un’spire, énormément. On dirait que je l’aide, mais en Vérité c’est elle qui m’aide… à ouvrir mon Cœur en Grand ❤

Son Histoire, son Quotidien

Viorica a un passeport Roumain. La Roumanie, c’est l’Union Européenne. Mais sur son front, dans ses longues jupes à fleurs, ses fichus et sur chacune de ses dents en or, c’est écrit ROM. Et ROM, c’est aussi tissé dans chaque maille de son Cœur.

Quand elle m’a parlé il y a quelques semaines d’expulsion, inquiète, apeurée, en me tendant un pavé juridique auquel elle ne comprenait rien – et moi pas beaucoup plus 😦 – je me suis insurgée « Mais enfin, la Roumanie c’est l’Europe, ils n’ont pas le droit de vous mettre dehors, c’est juste pas légal !!! » Ben si. En épluchant le pavé, un autre Ange a trouvé dans les minuscules caractères, là, tout en bas, bien cachés, qu’au delà de trois mois sur le sol Français, tout ressortissant de l’UE est passible d’expulsion du territoire s’il ne justifie pas de moyens de subsistance, d’un salaire, d’un toit… blablabla.

Alors voilà. Viorica est expulsable. Et expulsée. Parce que des moyens de subsistance, un salaire, un toit, Viorica et les siens, ça fait dix ans qu’ils n’en ont pas…

Viorica, elle vit depuis dix ans des allers-retours incessants entre la Roumanie et la France, où elle a cru comme tant d’autres, pouvoir construire une vie meilleure. Elle n’a plus ses parents, et quand elle évoque sa mère, décédée alors qu’elle n’avait pas vingt ans, son Cœur déborde. Elle s’est mariée, tôt, dix-sept ans, à Florin, un homme gentil, tendre, drôle et généreux que j’ai rencontré peu de temps après. Qui se ressemble…

Florin

… s’assemble ❤ Ça, c’est Florin !

Peu de temps après, Darius leur est arrivé : un adolescent aujourd’hui, que je ne peux pas te présenter en photo parce qu’il est si discret, Darius, touchant et pudique, et un peu triste aussi. Il a été scolarisé un moment en France, mais tard, et il parle mal la langue, impossible pour lui de suivre un programme de 5ème, et puis l’adolescence, ce n’est pas l’âge tendre… le quotidien au collège, avec tous les clichés discriminants, malmenants sur les Roms, c’est loin d’être facile.

Alors il « préfère » rester là, dans l’unique pièce à vivre qui leur sert de chambre pour cinq, de salon, de cuisine. 18m² que Viorica décore et entretien avec soin, dans un garage désaffecté où la mairie les tolère depuis quatre ans, eux et une soixantaine d’autres personnes, des familles avec enfants, dans ce squat insalubre où pululent les rats, les moustiques, sanitaires de fortune aménagés pour tout ce monde (par pudeur, c’est moi, cette fois, qui n’ai pas voulu, pas osé prendre des photos de tout cela…) et où la police leur rend régulièrement des visites peu cordiales. En défonçant les cadenas des portes quand les familles repartent en Roumanie, et en fouillant sans égard, en laissant tout sens dessus dessous.

La bonne nouvelle ? C’est que bientôt ce sera fini, terminé, ce squat. Parce que toutes les familles en sont expulsées : le 13 septembre il sera démoli pour que s’élève à sa place… un monastère. Sans commentaires, mais comment taire ?

Viorica fait la manche dans les couloirs du métro, tous les matins, une manche sans un mot, sans interpeler les passants, une manche sans « mendier », comptant humblement, simplement, sur le « Bon Cœur » des gens. Et sur Dieu. Comme et là où je l’ai Rencontrée.

Et pourtant, malgré sa discrétion, là encore, elle me raconte de nombreux épisodes de souffrance. Comme lorsque les agents de sécurité la malmènent, l’empoignant et lui parlant durement pour la forcer à s’en aller, menaçant de lui retirer son bébé, et la laissent en panique. Ou comme lorsque sept policiers sont arrivés un matin pour la faire sortir, avec violence encore, et que Darius, présent avec elle ce jour-là, et essayant de leur expliquer qu’ils ne font rien de mal, qu’ils ont juste besoin du peu d’argent que leur donnent les passants pour acheter à manger… s’est fait gazer à coup de bombe lacrymogène par les forces de l’ordre. Mais qu’est-ce que c’est que cet « ordre », au juste ? : »'(

Sa réalité, à Viorica, c’est que lorsqu’elle fait la manche, c’est au mieux pour une dizaine d’euros par jour et quelques denrées. Florin et sa ferraille, c’est à peine 60€… sur le mois.

On vit comment, avec ça ?

La Voie du Cœur

Depuis le début d’année, ensemble, nous avions pas à pas repris toutes leurs démarches « d’insertion ». Processus qui s’apparente fort à un parcours du combattant dans le dédale des labyrinthes administratifs, tous ceux qui ont suivi de près ou de loin le Chem’Un des migrants au sein de l’hexagone, savent de quoi je parle malheureusement.

Attente de l’attribution d’une domiciliation « officielle » via les organismes sociaux de la mairie pour monter un dossier et espérer obtenir enfin un peu d’argent via le RSA à la CAF, et puis trouver des cours de français et d’alphabétisation pour pouvoir s’intégrer, travailler – ni l’un ni l’autre n’ont été à l’école, enfants, en Roumanie… – et toutes les démarches pour scolariser les enfants, recherches de classes adaptées, inscription à Pole Emploi où ils sont entrés emplis d’espoir, persuadés d’en sortir avec un travail… Désillusion totale quand il a fallu faire la première actualisation par téléphone, et que Viorica qui écoutait pendant que j’appuyais 1/4 d’heure durant sur les touches « pour confirmer, tapez 1, sinon tapez 2 », m’a regardée, anéantie et les larmes aux yeux « je ne comprends rien, c’est trop compliqué pour moi, je n’y arriverai jamais ».

Quand Darius leur a dit au début de l’été qu’il repartait en Roumanie, qu’il ne voulait plus rester ici, qu’il voulait retourner à l’école, aller au collège, dans son pays, dans la langue qu’il comprend, dans une culture qu’il connait, pour apprendre, pour étudier, trouver un métier et se dessiner un avenir meilleur que le quotidien de sa famille, Viorica, elle a eu le Cœur brisé. Et en même temps, elle sait profondément qu’il a raison. Elle le comprend, son fils. Mais c’est sa famille qui éclate. Et sa famille, Viorica, c’est tout ce qu’elle a…

Tchitchi ! C'est "le sein" en Rom :)

Tchitchi ! C’est « le sein » en Rom 🙂

La mère de Florin a des problèmes de Cœur, elle était venue un temps en France pour se faire soigner puis elle est repartie, la plupart de ses enfants, petits-enfants étant en Roumanie. Et il a peur, Florin, qu’elle ne soit plus là pour longtemps. Alors lui aussi, pense à partir pour prendre soin de sa mère. Ils survivent misérablement en France, loin des êtres qui leur sont chers, et ici rien ne se construit, et là-bas le temps file, sans eux.

Alors, ce matin-là, au sortir de Pole Emploi, le vent de la Vie a soufflé, dans un murmure, ce qui était Juste et ce qui ne l’était pas, et j’ai souri… J’avais – enfin ! – compris.

Que la solution, ce n’était pas ça. Tout cet air que l’on brassait laborieusement. La France, l’insertion, le dédale de démarches, etc, etc.

Le matin même, dans le jardin déjà, j’avais senti quelque chose. Je lui avais tendu notre toute première courge, toute contente, pensant lui être utile et puis lui faire plaisir, et… elle a secoué la tête, s’excusant de refuser. Elle n’avait jamais mangé ça petite, sa mère ne l’y avait pas habitué et… elle n’aimait pas ça. Eurêka ! Insight. J’avais cru que cette courge ferait son Bonheur parce que c’était symbolique pour moi : la première courge récoltée, de quoi manger ce jour-là, un légume sain qui plus est, elle qui de la Roumanie regrettait tant son jardin… Mais cette « aide », ce n’était pas ce qui était bon pour elle, ce n’était pas ce dont elle avait besoin.

J’ai Compris ce jour-là, Merci la Vie, qu’Aider, ce n’est pas apporter à l’Autre ce que je crois être bon pour lui – et qu’il croit peut-être aussi… – mais Écouter avec le Cœur, son propre Cœur, y Entendre la Vie, vraiment. Et respecter le Sens du Vent ❤

Le Sens du Vivant.

Alors, au sortir de Pole Emploi, j’ai tout arrêté. On s’est assise par terre toutes les deux, on aime bien ça ^^, comme ça, en plein milieu de la rue, et on est resté là un long moment au soleil de juillet, et j’ai enfin Entendu son Cœur, à Viorica. Elle a partagé,longtemps, et pleuré, beaucoup, ses frères et sœurs qui lui manquaient, sa famille bientôt séparée, sa belle-mère loin et malade, les souffrances ici, le mauvais accueil qui leur était fait, le manque de respect, l’injustice, la dureté, les Cœurs fermés, l’absence d’argent, de nourriture, l’impossibilité de travailler, leur « logement » misérable, les nuits sans sommeil, à cause du bruit, de la chaleur, les enfants toujours malades, tout ici était si compliqué…

Quand la tristesse a eu fini de s’écouler, je lui ai demandé ce que voulait profondément son Cœur. Et elle m’a confié, fatiguée, qu’elle aussi, voulait « rentrer ».

De là, une bouffée d’air frais ! Les fenêtres de la Vie que l’on a rouvert en grand et son flux qui se remet à circuler, Libre. Tout était tellement simple. Tellement clair à Présent.

Il suffisait de s’Arrêter. Et d’Écouter.

Notre Projet

Viorica and family back in Roumanie ! Youhou ! 😀 (Rhooo, c’est tellement beau, moi aussi je vais m’y installer ^^)

Campagne Roumaine <3

Campagne Roumaine ❤

Après des mois et des mois de tentatives « d’insertion » galère, en quelques minutes tout était clair. Je lui ai demandé très concrètement combien coûtait une maison en Roumanie. Je savais que Florin, ce qu’il sait faire, c’est traire les vaches – ça avait d’ailleurs fait sourire la Jolie D’Âme de Pole Emploi qui leur suggérait de s’installer en Normandie ^^ plutôt qu’à Paris – et s’occuper d’un élevage. Et Viorica, ce qu’elle aime par dessus tout, ce qui fait briller son Regard, juste après ses enfants, c’est cultiver la Terre. J’ai donc aussi demandé ce qu’il leur faudrait pour démarrer une petite exploitation.

Et surtout, surtout, si avec tout ça… avec cette manne de départ, ils pourraient Vivre, en Roumanie. La nourriture, l’eau, l’électricité, les vêtements, la scolarité des enfants… Le quotidien, en somme 😉 Elle rayonnait. Elle m’a assuré que oui. Qu’elle irait vendre le lait, et des fromages, et leurs légumes, tous les jours, sur le marché. Pétillante. Vivante comme jamais !

Entre chaque mot, il y avait un baiser, un sourire, une embrassade, un MERCI !!!

Entre chaque mot, il y avait la Vie ❤

Pour acheter une maison – et il y en a apparemment déjà une possible tout près de là où vit la Maman de Florin – ils ont besoin de 10 000€.

Une vache, c’est 300€. Une chèvre, 20€ ! (Le sud n’est pas toujours si au sud que ça… :s)

Voilà. 12 000€ (la maison, trois ou quatre vaches, un troupeau de chèvres, et un peu de trésorerie pour commencer…) et Viorica et sa famille retournent dans leur pays, le Cœur en Paix, pour y construire un avenir enfin meilleur, digne, sain, sécure et serein.

Et pour ça, j’ai besoin de Toi. De ton soutien.
Nous avons besoin de Vous. De vos ❤ sur la Main.

Il n’y a pas de petit Don. Quand c’est l’Amour qui se Donne. Et l’Amour est la seule « denrée » qui grandit, se multiplie quand on la Partage ❤ J’ai délibérément choisi une Moisson du Cœur en « direct », suite à une première expérience sur Ulule il y a trois ans, qui s’était par ailleurs merveilleusement bien déroulée – un beau projet musical y avait été financé. Mais les commissions, pour chaque Récolte, y sont de 8% pour les dons via CB, et de 5% par chèque et Paypal.

Ce qui représenterait ici, pas loin de 1000€…

Tu comprendras aisément que je préfère savoir ces 1000€ de Don de Toi, de Vous, de Chaque Un, dans les terres de Florin et Viorica, plutôt que dans les poches d’une start-up aussi… chouette soit-elle ^^, pour ce projet-là 😉

Et puis je n’avais pas enVie ici de réfléchir à des « contreparties ». La contrepartie d’un Cœur qui Donne, c’est la Joie… de Donner, et le sourire comblé de celui qui Reçoit, n’est-ce pas ? Ça suffit ❤

Mais je suis sûre et certaine que tu seras bienvenu, et chaleureusement accueilli, en Roumanie, dans cette maison que tu auras participé à rendre Possible, si le Cœur t’en dit ! Cette famille, c’est la Générosité du Cœur même…

Merci de ta lecture concernée et attentive. Profond MERCI de m’avoir suivie jusque là !

Si l’Histoire de Viorica résonne en Toi, Belle Âme, et que tu souhaites toi aussi l’Aider – MILLE MERCI… – la Moisson se déroule donc via Paypal ou CB => FAIRE UN DON, par virement ou, avec Joie, en nous Rencontrant (chèques, espèces, Louis d’or et autres bas de laine de ta grand-mère ^^) – il suffit dans ce cas de m’envoyer un petit mot par ici.

Elle a d’ores et déjà commencé, et au troisième jour de mobilisation, ce sont déjà… 1040€ qui ont été donnés ! J’en ai le Cœur battant… MERCI. J’indiquerai dans les commentaires l’avancée de la Récolte, régulièrement.

Viorica ne te connait peut-être pas, elle ne sait rien d’Internet, et quand je lui ai parlé de ce que je comptais organiser, elle ne se le représente probablement pas, mais pourtant elle sait que l’avenir de sa famille dépend de Nous, de Moi, de Toi, et chaque fois que je la vois, elle Sourit et te dit déjà MERCI. Parce qu’elle a profondément Confiance en l’Amour. Que Tu Es… Elle a profondément Confiance en Toi.

<3 Gratitude & Joie <3

❤ Gratitude, Amour & Joie ❤

Ils vont tous les cinq repartir ces jours-ci en Roumanie. Ensemble. Je vais probablement leur payer les billets. J’avais contacté l’OFII à propos de l’aide au retour des Roms, les billets d’avion sont payés aux familles qui partent volontairement… Drôle de conception de l’Aide à l’Insertion. Mais il y a entre trois semaines et un mois de délai, et Viorica, c’est dans dix jours qu’on démolit sa « maison ». La rentrée en Roumanie, c’est le 10 septembre. Darius et Martha, cette année, ne rateront pas la rentrée des classes. Et Rahila jouera bientôt au grand air sous l’œil bienveillant de sa grand-mère. Ils vont enfin pouvoir Vivre un quotidien d’enfants ailleurs que dans les courants d’air du métro et l’indifférence du Monde.

Et ce sera grâce à Toi

Je Vous Aime. Merci d’Être Là.

Amour Un'fini

Publicités